La Serviette de la Honte

« – Excusez-moi, euh, dans votre poche arrière…  

– J’ai une serviette hygiénique oui. 

– Non mais parce qu’en fait, euh, elle dépasse de votre poche, enfin c’était juste pour vous prévenir qu’on la voit quoi. »

Une dame qui passait par là quand je travaillais à l’hôpital et que je m’achetais un petit croissant pour la pause. 

Ceux qui me connaissent ont déjà entendu cette histoire, et savent à quel point cela m’a mise en rogne. Avec le recul, je me suis rendue compte que je n’en voulais pas du tout à cette dame d’une cinquantaine d’année qui était clairement pleine de bonnes intentions, mais plutôt à la société (#rebelle #incomprise). BORDEL C’EST QUOI VOTRE PROBLEME AVEC LES MENTRUATIONS ?! Désolée, fallait que ça sorte. Maintenant que c’est dit, on va pouvoir reprendre calmement. 

C’EST LA NATURE, en fait. Les menstruations font pleinement partie du cycle de la vie, puisque c’est l’utérus qui, après s’être affublé d’une couche moelleuse afin de se préparer à accueillir un éventuel futur embryon, laisse s’écouler cette couche moelleuse puis en refait une, et ainsi de suite jusqu’à la ménopause. Et désolée mais le seul trou de sortie de l’utérus bah c’est le vagin. Et en même temps ce n’est peut-être pas plus mal que ce soit le vagin, parce que se mettre des tampons dans le pif tous les mois ça aurait été nettement plus relou je pense, non ? Aaaah c’est quand même bien foutu la nature ! 

Ça ne vous agace pas vous, que ce cycle naturel soit placé sous omerta alors qu’il concerne en moyenne 2555 à 3000 jours (soit entre 7 & 8 ans à peu près) de la vie de la moitié de la population mondiale ? Je veux dire, ça fait quand même BEAUCOUP de personnes concernées non ? 

Aujourd’hui, c’est-à-dire en 2019 pour ceux qui auraient du mal à suivre, c’est encore très compliqué pour les jeunes filles/jeunes femmes/femmes d’assumer le fait d’avoir ses règles. Pourquoi ? Parce que la société entière a construit des représentations invraisemblables depuis des centaines d’années à ce sujet. Cela va de l’interdiction des femmes à mettre le vin en bouteille durant leurs règles sous peine de le faire tourner au vinaigre, au chien qui deviendra enragé s’il goûte le sang des menstruations en passant par l’impossibilité de monter une mayonnaise durant cette période. Ah, oui, et on pensait aussi qu’il fallait enfermer les femmes durant ce moment pour les purifier, ce qui est toujours le cas dans certains pays. SUPER AMBIANCE !  

En fait, lorsque ces représentations se sont construites, on n’avait pas encore fait le lien règles-ovulation-fécondité. On ne savait pas exactement ce que c’était, donc on a fantasmé dessus pour aboutir à des croyances ridicules. Et on n’a pas cherché plus loin. Et on a fait ce lien seulement au début du 20ème siècle. Et là on s’est rendu compte que c’est tout de même à L’ORIGINE DE LA VIE BORDEL, mais le sujet n’en est pas moins resté tabou. 

Alors je ne vais pas dire qu’il n’y a pas d’amélioration, bien-sûr qu’il y en a eu depuis toutes ces années, mais un long chemin reste tout de même à parcourir. En effet, aujourd’hui beaucoup trop de femmes sont encore honteuses de devoir acheter des protections périodiques, ou simplement de parler de leurs menstruations. Et le problème c’est que cela peut s’avérer dangereux de ne pas en parler. Bah oui, si on a honte de parler de ses règles et de tous les désagréments qui y sont liés, comment savoir si tout va bien ? S’il est difficile pour une femme de discuter avec le corps médical de ses douleurs ou de son flux menstruel, comment celui-ci pourrait-il bien découvrir un quelconque problème (ménorragies, endométriose, etc) ? Ou plus simplement, si une femme a ses règles à un moment inopportun, ou bien a oublié de recharger son stock de protections périodiques et qu’elle n’ose pas en demander à ses collègues ou je ne sais qui d’autre, cela va la contraindre à garder son tampon/sa serviette plus longtemps que ce qui est recommandé, ce qui peut entraîner un choc toxique. Et un choc toxique ça peut être très grave. 

Alors je ne sais pas pour vous, mais personnellement je n’ai pas envie de vivre dans un monde où les femmes meurent ou se font amputer à cause d’un choc toxique simplement parce qu’elles ont honte de leur règles et peur de demander une protection ! 

Déjà, on pourrait commencer par arrêter de représenter le sang par du liquide bleu dans les publicités pour les protections hygiénique. Sérieusement, vous regardez un film avec du sang qui gicle de partout ou des publicités pour des produits miracles contre les mycoses des pieds avec des images dégueu d’ongles de gros pouce de pieds ultra moche dégueulasse, mais du liquide rouge sur une serviette c’est indécent ? SÉRIEUSEMENT ?! Est-ce que Mercurochrome fait des égratignures bleues sur les genoux des enfants dans ses publicités ? JE NE CROIS PAS NON ! 

Et puis, on pourrait aussi arrêter de dire discrètement ”j’ai mes trucs/mes ragnagnas/les anglais ont débarqué/je suis indisposée”. Le résultat est le même : vous avez vos règles. Ou à la rigueur vous êtes en période de menstruations.  

Ah oui, et on va arrêter aussi de dire aux femmes “t’as tes règles toi ou quoi ?!” quand elle s’énerve. Parce que déjà si elle est énervée c’est qu’elle a probablement une bonne raison, et qu’en plus c’est une idée reçue totalement fausse puisque les sautes d’humeur apparaissent avec le syndrome prémenstruel qui, comme son nom l’indique, arrive AVANT les règles et disparaît quand celles-ci débarquent. Donc à la rigueur vous pouvez lui dire “tu vas avoir tes règles toi”, la remarque restera agaçante mais au moins physiologiquement parlant vous serez déjà un peu plus dans le vrai. 

En plus, pour certaines femmes (dont je fais malheureusement partie), les règles sont un réel moment de souffrance. Entre le flux énorme, les douleurs dans le bas-ventre, dans le dos, les seins très douloureux, les maux de tête, les boutons, et j’en passe… Et on devrait souffrir en silence ? Il faut savoir que dans certains pays d’Asie et d’Afrique, les femmes bénéficient d’un “congé menstruel”, qui leur permet de prendre une journée ou deux de congé en cas de règles douloureuses. Et ça c’est quand même vachement bien, parce que je vous assure que quand vous avez les ovaires qui jouent au catch dans votre bide et que la seule position qui vous soulage est d’être pliée en quatre, c’est tout de même hyper compliqué d’aller travailler (et je ne vous parle même pas d’endométriose). Bien-sûr, aujourd’hui il existe des moyens qui permettent de réduire ce flux ou ces douleurs, mais cela implique généralement de prendre des hormones, ce que toutes les femmes n’acceptent pas de faire. J’ai fait ce choix, ça m’a clairement changé la vie, mais j’y reviendrais dans un autre article car on s’éloigne du sujet. 

Ce qui serait bien aussi, c’est d’arrêter de stresser comme une malade si on a une tâche rouge dans notre culotte/notre pantalon/nos draps. Vous vous rendez compte qu’en 2015, Instagram a censuré une photo où on voyait le pantalon d’une femme tâchée de sang ? Un certain nombre de femme rêverait de pouvoir se plaindre d’une tâche de sang sur les fesses, parce que cela signifierait que leurs organes reproducteurs fonctionnent correctement et qu’elles peuvent enfanter.  

Et oui, Mesdames et Messieurs, ne jamais perdre de vue qu’une femme qui a ses règles est finalement une femme en bonne santé, et que vous ne seriez jamais arrivé au monde si votre mère n’avait pas eu un cycle menstruel normal. Alors on se détend l’anus, on cesse de faire les horrifiés lorsqu’on entend une femme en parler librement, et tout le monde sera content ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.